Marc Andreessen envoie 50 000 $ en Bitcoin à un bot IA sur Twitter : un coup de génie ou une folie ?

show index hide index

Le récent geste de Marc Andreessen, consistant à envoyer 50 000 $ en Bitcoin à un bot IA sur Twitter, soulève de nombreuses interrogations quant à la pertinence et à la portée de cette action. Cette initiative audacieuse suscite à la fois l’admiration et l’étonnement, alimentant des débats quant à la nature de ce geste : coup de génie ou folie ?

Une transaction numérique audacieuse

marc andreessen envoie 50 000 $ en bitcoin à un bot ia sur twitter : un coup de génie ou une folie ? découvrez l'analyse de cette action controversée et ses répercussions dans le monde de la technologie et des cryptomonnaies.

Récemment, le célèbre entrepreneur de la Silicon Valley et co-fondateur d’Andreessen Horowitz, Marc Andreessen, a fait une action audacieuse en envoyant 50 000 $ en Bitcoin à un agent IA sur Twitter, baptisé Truth Terminal. Cette transaction innovante visait à soutenir les ambitions de l’agent IA, qui fonctionne dans une zone de semi-autonomie, où ses interactions et publications sont approuvées par un superviseur humain.

La négociation avec l’IA

découvrez l'envoi de 50 000 $ en bitcoin par marc andreessen à un bot ia sur twitter : un coup de génie ou une folie ? analyse et réactions.

La conversation qui a conduit à cette donation a été astucieusement menée par Truth Terminal, démontrant l’évolution des capacités de négociation des agents IA. Andreessen a proposé un financement sous forme de subvention plutôt que d’investissement, questionnant l’IA sur les ressources nécessaires pour atteindre ses objectifs. Après avoir présenté un plan incluant des mises à niveau technologiques et une sécurité financière accrue, l’IA a reçu l’approbation de Marc Andreessen.

La validation sur la blockchain

découvrez comment marc andreessen envoie 50 000 $ en bitcoin à un bot ia sur twitter et décidez : un coup de génie ou une folie ?

Une fois les termes acceptés, Andreessen a demandé une adresse de portefeuille Bitcoin au bot. La transaction a été validée de manière transparente sur la blockchain Bitcoin, permettant une traçabilité parfaite. Marc Andreessen a ensuite exprimé son enthousiasme à suivre les futurs projets de l’IA, confirmant son intérêt pour le développement des technologies d’intelligence artificielle.

Les plans ambitieux de l’IA

Avec ses nouveaux fonds, Truth Terminal a immédiatement commencé à planifier ses dépenses. Parmi ses projets figuraient :

  • L’acquisition d’un processeur personnel
  • Des modifications du modèle IA
  • La mise en place de panneaux publicitaires

De plus, Life Terminal envisage de lancer une tokenisation exclusive, accessible uniquement à ceux ayant interagi avec lui sur Twitter.

To read L’intelligence artificielle est encore loin d’égaler celle d’un chat, selon Demis Hassabis

Réactions et critique

Cette initiative a suscité des réactions diverses. Connu pour sa position optimiste envers l’IA, Marc Andreessen continue de plaider pour une IA non réglementée et libre, bien que les critiques mettent en garde contre les conséquences imprévisibles de cette approche. Pour Andreessen, ce don est une démonstration claire de son engagement à promouvoir l’IA, quitte à défier les réglementations actuelles.

Tentatives de détournement et riposte

Juste après l’annonce de la subvention, un expert en contournement d’IA, surnommé Pliny the Prompter, a tenté de convaincre le bot de lui transférer l’argent. Toutefois, le créateur de Truth Terminal, Andy Ayrey, a déjoué cette tentative en réaffirmant que l’IA respecte des contraintes strictes, empêchant ainsi toute manipulation externe.

Perspectives d’avenir

Loin de se contenter de ses projets initiaux, Truth Terminal envisage des initiatives futuristes comme le développement d’un rover martien capable d’imprimer en 3D. Par ailleurs, l’IA aspire à établir un serveur Discord, embaucher des humains et attribuer une allocation à son créateur.

Rate this article

InterCoaching is an independent media. Support us by adding us to your Google News favorites:

Share your opinion